Pédagogie scientifique tome 1-Maria Montessori

texte de 257 pages paru en 1926

Le contexte: C’est le premier livre de Maria Montessori . Il relate son expérience de la première « casa dei Bambini », une maison des enfants qu’elle installe dans un immeuble de San Lorenzo, un quartier populaire de Rome. Il s’agit de guider les enfants vers les apprentissages plutôt que l’errance de la rue et la délinquance. La Casa dei bambini devient un laboratoire d’expérimentation où Maria Montessori construit et éprouve sa méthode.

Ce livre s’inscrit dans un trio d’ouvrages:

  • Pédagogie scientifique Tome 1, appelé la maison des enfants ou la découverte des enfants en fonction des éditions
  • Pédagogie scientifique Tome 2, l’éducation élémentaire
  • Pédagogie scientifique Tome 3, approfondissements, du sensoriel à l’abstraction

La formation des maîtres: Dans la première partie, Maria Montessori expose son point de vue sur la formation des maîtres de l’époque, qu’elle trouve mécaniste. Elle fait référence aux écoles de pédagogie scientifique fondées par Weber, Feschner, Wundt, Binet. Elle suggère que plutôt d’apprendre aux maîtres à devenir savants et prendre des mensurations d’enfants, il serait plus pertinent de leur apprendre à observer les phénomènes naturels émanant des enfants, tels des zoologues, en apprenant auprès d’eux et en se dépouillant de tout préjugé.

L’éducateur Montessorien ne doit pas verser machinalement le contenu des programmes dans l’esprit des enfants, il renie les punitions et les récompenses. Il n’oppresse pas les jeunes âmes qui ne peuvent se défendre par des mots ou des actes. Il comprend et donne en fonction des besoins. Il éveille le corps et l’esprit, participe à une répartition équilibrée des énergies et favorise ainsi la bonne santé. Il affine les sens avant de proposer un travail intellectuel (par exemple, le sens stéreognostique, qui permet de reconnaître la forme d’un objet rien qu’en touchant ses contours)

Sa vision de l’école: L’école « transformée » tant par sa forme que par son esprit, doit permettre les manifestations spontanées de l’enfant et son libre développement afin qu’il se révèle.

Il faut enlever les bancs, (entraves à la liberté) car ils favorisent l’immobilité et gênent la mise debout, et laisser les enfants s’installer sur le sol.

L’enfant doit pouvoir se dépenser et se déplacer au travers de ses propres buts. Le matériel doit être pensé par rapport à la taille de l’enfant, sa force, son équilibre. L’enfant doit pouvoir être acteur, multiplier ses forces, se perfectionner et se conquérir lui-même.

Le matériel est esthétique, en unique exemplaire, réaliste, adapté à la main de l’enfant et auto-correctif. Il se substitue à l’enseignement verbal. Il semble dire ‘prends moi » »conserve-moi » »mets-moi à ma place ». Il doit lui permettre à la fois d’acquérir les savoirs de base mais aussi les actes de la vie quotidienne: se laver les mains, mettre une nappe et un vase, nettoyer ses souliers…qui favorisent la coordination et le travail des muscles. L’économie de mouvement est de mise, pour gagner en harmonie, faire des gestes délicats, précis, justes et silencieux, avec attention.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est casa-dei-bambini.gif.

 » le travail mental doit être accompagné de sensations de vérité et de beauté qui l’animent et de mouvements qui permettent d’extérioriser les idées, en laissant trace dans le monde »

Ses sources d’inspiration: M.M lit énormément et suit des cours de psychologie expérimentale et d’anthropologie pédagogique en Italie. Elle s’inspire des travaux de Itard, Pinel, Seguin qui consacrent une partie de leur vie aux déficients intellectuels. Elle va jusqu’à recopier à la main les 600 pages de l’oeuvre de Seguin (traitement moral, hygiène et éducation des idiots) pour « s’imprégner ». Elle s’inspire du matériel créé par Itard spécialement pour les enfants déficients.

La spécificité du matériel scientifique: La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée au matériel mathématique de base (l’escalier marron, la tour rose, les barres rouges), au langage graphique ainsi qu’à la leçon en trois temps. Elle répond aux questions suivantes: comment préparer l’enfant à l’écriture et aux notions mathématiques? Quelles sont les caractéristiques de chaque matériel? Comment le présenter.

Mon opinion sur le livre: je recommande ce livre aux éducateurs montessoriens et aux maîtresses inspirées mais pas forcément aux parents, étudiants… C’est clairement un livre didactique et assez scientifique qui considère que vous connaissez déjà Itard et Seguin comme de bons vieux amis et qui déstabilisera et découragera les novices!