Vivre en crèche-remédier aux douces violences-Christine Schuhl

Livre de 80 pages datant de 2012

Sur l’auteur: Christine Schuhl est éducatrice de jeunes enfants. Auteure et conférencière, elle organise des formations auprès de professionnels.

Le contexte: En 1770 naît la première crèche de France. Dans les années 1960 les crèches deviennent des modes de garde régis par des règles d’hygiène et de sécurité. En 1970 elles deviennent lieu d’éveil puis en 1980 lieu de socialisation. Enfin dans les années 2000 la crèche est considérée comme un lieu de prévention et de soutien de la fonction parentale. Au delà de la terminologie, la crèche se transforme, mute. Les attentes des parents ne cessent de croître, les enfants peuvent y passer jusqu’à 10h par jour et les personnels voient leurs missions évoluer.

Sur le livre: Le livre traite des douces violences quotidiennes au sein de la crèche. Ces instants de « dérives » éphémères et non prémédités qui s’installent insidieusement:

  • Les paroles négatives et mots blessants, les surnoms
  • les jugements de valeur, les étiquettes, les apriori
  • la dévalorisation, les étiquettes
  • les gestes rapides, « pressés », faits sans conscience
  • parler de l’enfant sans l’impliquer dans la conversation ou parler de lui à la troisième personne.
  • au cours d’un soin, ne pas s’adresser à l’enfant mais parler de son week-end avec ses collègues
  • critiquer le parent devant l’enfant
  • comparer les enfants entre eux, et ne pas tous les aimer de la même manière
  • culpabiliser l’enfant
  • faire du chantage, proposer un libre choix truqué
  • le forcer à manger, le mettre à table en sous-vêtements pour ne pas qu’il se salisse, l’empêcher de manger seul pour les mêmes raisons
  • relever uniquement les éléments négatifs concernant l’enfant lors des transmissions aux équipes et aux familles
  • imposer des rythmes communs pour tous

Cette liste non exhaustive fait froid dans le dos. Le secteur de la petite enfance n’en a pas l’exclusivité. On retrouve les mêmes faits à l’hôpital, à l’école, à la maison de retraite… Les conséquences directes sont l’insécurité affective et une atteinte de la personnalité.

Mais quel est le point de départ? Les douces violent arrivent progressivement via une combinaison de facteurs pas toujours simples à identifier dont:

  • le nombre croissant d’enfants et la baisse des moyens
  • un malaise au sein de l’équipe et chez certains membres
  • une équipe qui se sent dépassée, débordée, déstabilisée par des absences non remplacées et des équipes renouvelées
  • le manque de projets
  • des difficultés organisationnelles en terme d’espace et d’emploi du temps
  • le manque de reconnaissance et de confiance donc de créativité et d’innovation
  • la peur de blesser un collègue en relevant un fait sanctionnable
  • le refus de se remettre en question et la peur du changement
  • la pression parentale ou de la direction
  • l’absence d’échanges de pratiques professionnelles

Christine Schuhl propose une première prise de conscience de ces moments qu’on ne peut nommer ni maltraitance ni abus, mais où l’adulte n’ait plus en relation avec l’enfant. Pour faire évoluer l’attitude, il faut dans un premier temps repérer puis nommer. Il ne s’agit pas de remettre complètement en question le système mais de proposer des pistes d’amélioration. Christine propose de questionner les équipes au travers de formations et des propositions suivantes:

  • prendre conscience
  • préciser les fiches de poste
  • affiner le cadre institutionnel avec l’équipe de direction
  • rétablir l’estime mutuelle au sein de l’équipe
  • mettre en place un groupe de parole
  • créer un référentiel commun (par exemple autour d’une charte)
  • repenser l’aménagement de l’espace

A qui s’adresse le livre? Ne vous fiez pas à la taille du livre. Il est tout petit mais vraiment riche. Sans langue de bois, il s’adresse à toutes les personnes qui travaillent en structure d’accueil pour enfants, à ceux qui ont repéré ces douces violences et qui se sentent démunis, et à ceux qui ne se sont jamais posé la question!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.