L’enfant dans la famille-Maria Montessori

Texte de 151 pages paru en 1936

Ce livre rassemble les textes inédits d’une série de conférences données en 1923 à Bruxelles sur la thématique de la relation parents-enfants.

C’est un plaidoyer en faveur d’un environnement adapté à l’enfant et une reconnaissance de sa propre personne. M.M met en avant l’influence de l’environnement sur le développement de la personne et l’importance de l’observation en milieu naturel pour mieux connaître l’Etre. « L’homme qui ne vit pas dans un environnement adapté, ne peut pas développer normalement toutes ses facultés, ni regarder au fond de son âme pour apprendre à se connaître ».

M.M dénonce dans ce texte que l’enfant soit considéré comme:

  • un appendice de l’adulte
  • un compagnon de l’adulte
  • une production de l’adulte
  • une possession de l’adulte
  • un esclave obéissant et asservi de l’homme
  • un être faible privé de droits
  • un être qui ne doit pas se salir, faire de dégâts, déranger, avoir des défauts et entraver le déroulement paisible de la vie quotidienne

Elle souhaite que les adultes changent d’attitude vis-à-vis des enfants et préparent un environnement conçu à son intention, adapté à ses besoins physiques et psychiques, à sa taille, à sa force, à son équilibre et à son besoin de mouvement. Un environnement qui l’accueille au lieu de l’entraver, qui soit paisible et chaud d’amour, riche en nourriture de toute sorte, non interventionniste mais qui protège des difficultés et des dangers. Ce n’est pas à l’enfant de s’adapter au monde de l’adulte.

MM propose donc que l’adulte:

  • se libère de sa prétendue toute puissance
  • soit conscient de la profondeur de la vie intérieure de son enfant dès sa naissance
  • observe les actions spontanées avant d’éduquer
  • arrête de vouloir façonner l’enfant: « la culture forcée affaiblit la plante »
  • se défasse de ses préjugés et de sa propre éducation
  • s’ancre dans le présent et arrête d’imaginer le futur
  • fasse taire sa vantardise
  • arrête de provoquer chez l’enfant confusion et rébellion
  • laisse l’enfant accomplir de grands efforts et un travail intellectuel qui nous échappe parfois complètement en terme de sens
  • laisse l’enfant suivre ses tendances naturelles
  • le seconde si besoin mais ne fait pas à sa place
  • accueille toutes les émotions et évite le « ce n’est rien »
  • accepte de ne pas être parfait aux yeux de l’enfant
  • accepte les remarques de son enfant
  • s’excuse lorsqu’il commet un acte ou dit une parole injuste
  • prenne soin de l’environnement
  • s’abstienne de louanges et de critiques
  • prenne exemple sur les autres mammifères où la mère isole, abrite, cache ses petits, évite que les étrangers s’approchent du nid, ne tolère pas que ses petits soient déplacés, observés

Mon point de vue sur le livre: contrairement aux autres livres, celui-ci évoque le nouveau né pour mon plus grand plaisir. Encore plus engagé que les autres, les propos peuvent sembler durs, injustes voir culpabilisants pour certains parents:  » l’enfant n’est dignement compris nul part ». Le titre du livre ne correspond pas réellement à son contenu ce qui n’empêche pas de percevoir grâce à lui la vision affûtée que MM avait de l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.